Job d’été : les règles à connaître pour les chefs d'entreprise

Caissier, livreur, agent de centre d’appel, animateur en centre aéré… Les chefs d'entreprises qui souhaitent engager des jeunes au cours de l’été doivent connaître les règles particulières à respecter. À quel âge un jeune peut-il commencer à travailler ? Quels sont ses droits en tant que salarié ? Quel est le salaire minimum à verser par l'employeur selon l’âge pour un job d'été ? Les réponses.

Un âge minimum légal fixé à 16 ans

De nombreuses entreprises ont recours aux jobs d’été, que ce soit pour faire face à un afflux de touristes, à une hausse temporaire de leur activité ou aux remplacements de salariés partis en congé. Dans tous les cas, la loi interdit aux employeurs de recruter un jeune âgé de moins de 16 ans.

Plusieurs cas particuliers permettent de déroger à cette règle :

  • L’apprentissage : le mineur bénéficie de l’alternance entre enseignement théorique en centre de formation d’apprentis (CFA) et enseignement du métier au sein de l’entreprise avec laquelle il a signé un contrat d’apprentissage.
  • Les travaux occasionnels ou de courte durée sans risque pour la sécurité ou la santé du jeune dans un établissement familial.
  • Un emploi dans une entreprise de spectacles, cinéma, radio ou télévision, enregistrement sonore ou mannequinat.
  • Un job pendant les vacances scolaires : les vacances scolaires doivent s’étaler sur au moins 14 jours et le mineur doit bénéficier d’un repos continu d’une durée au moins équivalente à la moitié de la durée totale des vacances.

Avant d’embaucher un jeune âgé de 14 à 16 ans, l’employeur doit demander une autorisation auprès de l’inspecteur du travail.

Une rémunération au moins égale au SMIC

Le contrat de travail proposé par l’entreprise dans le cadre d’un job d’été peut prendre différentes formes (CDD, contrat de travail saisonnier, contrat de travail temporaire…).

Quant à la rémunération versée aux 18 ans et plus, elle doit être au moins égale au SMIC, sauf convention collective plus favorable. Les mineurs ayant moins de 6 mois d’activité professionnelle doivent percevoir au moins 80 % du SMIC pour les moins de 17 ans, ou 90 % du SMIC pour les 17-18 ans. Depuis le 1er mai 2022, le SMIC s’établit à 1 645,58 euros bruts par mois sur la base de 35 heures hebdomadaires.

Des conditions de travail similaires à celles des autres salariés

Les jeunes sont soumis aux mêmes obligations que les autres salariés de l’entreprise et ont accès aux mêmes avantages. Ceux âgés de moins de 18 ans bénéficient néanmoins de protections particulières. En effet, entre 14 et 16 ans, ils ne peuvent pas travailler plus de 35 heures par semaine et 7 heures par jour pendant les vacances scolaires. De plus, ils ne sont pas autorisés à travailler de nuit ni à faire certains travaux. Ces travailleurs ne peuvent être affectés qu’à des missions qui ne sont pas susceptibles de porter atteinte à leur sécurité, leur santé ou leur développement.

Ces fiches pratiques peuvent vous intéresser

Job d’été : les règles à connaître pour les chefs d'entreprise

Engager un jeune dans le cadre d’un job d’été nécessite de respecter certaines règles portant notamment sur les conditions de...

Les 10 règles à suivre pour le remboursement de vos notes de frais

Retrouvez ici les 10 règles incontournables pour vous faire rembourser vos frais professionnels

Les 8 règles pour optimiser ses notes de frais.

Voici les règles à suivre pour optimiser le contrôle de vos notes de frais

TPE PME : quel service utiliser pour le recouvrement de factures ?

Des factures impayées peuvent mettre en danger une entreprise. Pour récupérer ces créances, plusieurs possibilités s’offrent au chef d’entreprise. Décryptage.

Outils numériques : au service du dirigeant d'entreprise ?

La transformation digitale est une promesse d’efficience pour les entreprises et leurs équipes, les outils numériques sont aussi (et surtout...

Les aides à la création d’entreprise pour les travailleurs indépendants

Pour créer une entreprise, il est possible de bénéficier de certaines aides de l’État ou d’organismes publics. Informez-vous sur les...

Quelles règles fixer pour rembourser les notes de frais dans votre entreprise ?

Voici les régles à suivre pour instaurer une politique de traitement de notes de frais

Devenir auto-entrepreneur en 5 étapes

L’auto-entreprise, ou micro-entreprise, est un statut simplifié pour se mettre à son compte. Cependant, pour devenir auto-entrepreneur dans les règles,...

OPALE, un outil de positionnement et d’analyse en ligne des TPE PME

En 2017, la Banque de France a lancé OPALE, une nouvelle offre d’analyse financière en ligne à destination des chefs...

Capital social : les choses à connaître pour lancer son activité et obtenir une attestation de dépot de capital

Lors de la création de votre activité, il est important de bien réfléchir au montant et à la répartition du...