Logo Anytime

Devenir auto-entrepreneur en 5 étapes

Le statut d’auto-entrepreneur, devenu micro-entrepreneur, est un statut d’entrepreneur individuel simplifié destiné à permettre à chacun de se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Simple à mettre en place et à gérer, il ne nécessite pas beaucoup de compétences et permet par exemple de tester le potentiel d’une activité avant de se lancer avec un statut plus complexe. Voici les démarches pour devenir auto-entrepreneur.


1.Créer son entreprise

L’auto-entreprise se démarque des statuts par sa simplicité de mise en place. En effet, il vous suffit de vous rendre sur internet et de déclarer votre activité. En quelques minutes, vous remplissez le formulaire nécessaire qui sera transmis au Centre des Formalités des Entreprises compétent selon le type d’activité exercée :

  • La Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) pour une activité commerciale,
  • La Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) pour une activité artisanale ou commerciale ET artisanale,
  • L’URSSAF pour une activité libérale

C’est le code APE correspondant à votre domaine d’activité qui détermine le CFE compétent. Si vous souhaitez entreprendre une activité réglementée, le CFE pourra vous demander des pièces complémentaires telles que des diplômes ou justificatifs de qualifications.

À noter : depuis 2015, toute activité artisanale implique de participer à un stage préalable à l’installation à la chambre des métiers. Ce stage d’une semaine payant est nécessaire pour s’inscrire au registre des métiers. Pour toute activité commerciale ou industrielle, l’inscription au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) est obligatoire pour obtenir un Kbis auto-entrepreneur.

Adhérer à un groupement d’auto-entrepreneurs Une fois inscrit comme auto-entrepreneur, vous pouvez adhérer à un groupement d’auto-entrepreneurs. Cela est conseillé pour obtenir des informations vous permettant de maximiser vos chances de développement, mais aussi pour défendre vos intérêts.

2.Obtenir des aides

Les aides à la création d’entreprises

Pour devenir auto-entrepreneur, il est possible de bénéficier de certaines aides :

  • Si vous êtes demandeur d’emploi ou remplissez certains critères (âge, etc.), vous pouvez faire une demande d’ACCRE. Il s’agit d’une exonération partielle des charges sociales pendant les 3 premières années de votre entreprise.
  • Si vous obtenez l’ACCRE, vous pouvez faire une demande de NACRE, un prêt à taux zéro pour vous aider à vous lancer.
  • Si vous exercez votre activité depuis les départements d’outre-mer, vous pouvez être exonéré de charges sociales pendant 24 mois pour les professions artisanales et commerciales.

Dans les cas d’une reprise d’activité après une période de chômage, vous avez la possibilité de continuer à compléter vos revenus à l’aide de vos allocations d’Aide de Retour à l’Emploi (ARE). Si vous avez droit à l’ACCRE, vous pouvez également opter pour l’ARCE, c’est-à-dire la possibilité de toucher 45 % du reste de vos droits d’ARE en une seule fois.

Les aides de l’ADIE

L’ADIE est une association dont l’objectif est d’aider les personnes n’ayant pas accès au crédit traditionnel à créer leur entreprise. Pour cela, l’ADIE peut vous accorder un microcrédit ainsi que des microassurances adaptées à votre situation.

L’association propose également des formations individuelles ou collectives ainsi que des rendez-vous de coaching individuel.

Si vous avez entre 18 et 32 ans, l’ADIE a mis en place le programme spécial Adie CréaJeunes afin de soutenir les jeunes entrepreneurs pour concrétiser leur projet. Il s’agit d’un programme de formation gratuit de 5 à 6 semaines organisé sous la forme d’ateliers collectifs et d’un accompagnement individuel prolongé pendant 6 mois.

Les aides de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat

Les Chambres de Métiers de l’Artisanat proposent des réunions gratuites qui vous permettent d’obtenir des informations sur les spécificités du régime de la micro-entreprise. Vous pouvez également y poser vos questions à des spécialistes.

D’autre part, si vous êtes inscrit au registre des métiers, vous pouvez accéder à tout un éventail de formations utiles pour développer votre entreprise à des prix très attractifs. Pour consulter le planning de formations, il vous suffit de vous rendre sur le site internet de la CMA dont vous dépendez.

Les aides des Chambres de commerce et d’industrie

Les CCI offrent une aide personnalisée ou collective. Vous pouvez ainsi assister à des réunions d’information ou à des formations de quelques jours. Un accompagnement individuel peut aussi être mis en place. Chaque CCI a ses propres conditions, il vous suffit de contacter celle dont vous dépendez pour obtenir toutes les informations.

3.Souscrire les assurances nécessaires

Selon votre domaine d’activité, certaines assurances peuvent être obligatoires :

  • La responsabilité civile professionnelle pour les activités de santé et de bien-être, de construction et BTP, d’automobile, de transport, de sport et loisirs ou encore d’assurance et de finance.
  • La garantie décennale pour les activités de BTP et construction.

D’autres assurances peuvent être recommandées telles qu’une assurance auto professionnelle, une multirisque professionnelle, ou encore une protection juridique. La responsabilité civile professionnelle est recommandée dans la plupart des cas.

4.Créer un compte dédié

L’ouverture d’un compte bancaire dédié à votre auto-entreprise est également une démarche incontournable. Pour éviter les frais bancaires trop élevés, une solution simple et accessible comme l’offre pro Anytime peut s’avérer idéale. Après vous être inscrit en quelques minutes, votre compte sera créé dans les plus brefs délais et quelques jours suffiront à obtenir votre carte bancaire professionnelle. Vous pourrez ainsi communiquer vos coordonnées bancaires à vos clients très rapidement afin de commencer à vous faire payer.

Besoin d’un terminal de paiement ? Anytime a pensé à tout et vous propose également une solution d’encaissement simple et pratique.

5.Déclarer son chiffre d’affaires

La micro-entreprise est faite pour être facile à gérer et ne nécessitant pas de compétences particulières en comptabilité. Ainsi, vous bénéficiez d’une franchise de TVA qui vous permet de tout facture HT et de n’avoir aucune TVA à déclarer.

Chaque mois, ou chaque trimestre, selon votre choix initial, vous déclarez votre chiffre d’affaires total via un formulaire papier ou par internet. Il vous suffit de quelques minutes et le montant de vos cotisations sociales est calculé immédiatement. Votre seule obligation est de déclarer votre chiffre d’affaires dans certains délais, sans quoi vous exposez à des majorations. Attention : même un chiffre d’affaires égal à zéro doit être déclaré, même s’il ne donne lieu à aucune cotisation.

Au quotidien, l’auto-entrepreneur peut tenir une comptabilité simplifiée recettes/dépenses. Il lui faut toutefois conserver toutes ses factures afin de justifier ses dépenses en cas de contrôle fiscal. Pour cela, l’utilisation d’une solution tout-en-un telle que l’offre Anytime peut être efficace. Grâce à l’application mobile, vous pouvez photographier le justificatif et le lier directement au paiement. Ainsi, vous ne risquez plus d’égarer la moindre facture.