Logo Anytime

La Banque de France encourage les fusions transfrontalières

Par Anytime, le July 9, 2020-Temps de lecture : 2 minutes

La Banque de France encourage les fusions transfrontalières entre banques européennes

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a appelé à augmenter le nombre de fusions entre banques européennes lors de la présentation du rapport annuel de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). La rentabilité des banques européennes, deux fois inférieure à celle des banques américaines, est pointée du doigt.

Fusionner pour une meilleure rentabilité

Dans son discours de présentation du rapport de l’APCR, François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, insiste sur le niveau de rentabilité assez faible du secteur bancaire français en 2019. « Le secteur bancaire européen n’a pas, comparé notamment aux banques américaines, une rentabilité excessive ni à toute épreuve », déclare-t-il en introduction de ce rapport.

La part de marché des 5 premières banques américaines dépasse les 40 %, tandis que celle des 5 premiers groupes de la zone euro atteint à peine les 20 %. La rentabilité des fonds propres, ou RoE (d’après l’anglais « Return on Equity »), sert à mesurer la rentabilité annuelle des capitaux propres mis à disposition d’une entreprise par les actionnaires, et permet donc d’évaluer l’efficacité des investissements.

Le RoE est l’outil de mesure par excellence des performances du secteur bancaire. Il est de 11 % aux États-Unis pour l’année 2019, contre seulement 5,6 % en moyenne dans la zone euro, ce qui « pèse sur la valorisation boursière des banques européennes », selon François Villeroy de Galhau. En France, il est de 6,5 %, de 7% en Espagne et de 5,2 % en Italie.

Or, « l’effet de taille est un atout », déclare le gouverneur de la Banque de France, qui souhaite donc encourager le développement des fusions transfrontalières. Toutefois, sur le plan réglementaire, les fusions sont rendues difficiles par une certaine absence de synergie, sans compter les réticences politiques.

Les banques face au défi de la crise économique

À la crise économique et sanitaire, qui a provoqué pour les quatre premiers groupes bancaires une diminution de leurs revenus de 5 % au premier trimestre 2020 par rapport au premier trimestre 2019, s’ajoutent deux motifs de faible rentabilité évoqués par François Villeroy de Galhau : les taux bas et la digitalisation.

Selon lui, les taux bas, « qui s’inscrivent désormais dans la durée, soumettent les banques et les assureurs à des pressions sur leur rentabilité. » Par ailleurs, la digitalisation place les banques dans une situation de concurrence peu équitable avec d’autres acteurs économiques, plus particulièrement les Big Techs.

Le gouverneur de la Banque de France assure que l’APCR maintient une vigilance forte sur le secteur bancaire, affirmant que « plus que jamais, un superviseur compétent et un système financier résilient sont deux impératifs face à la crise. »

Ces articles pourraient également vous intéresser :

 

Le PIB de la France chute de 6 % au premier trimestre 2020

La Banque de France a annoncé que l’économie française avait perdu près d’un tiers de son activité et que le PIB avait chuté ...

Les régulateurs alertent sur les arnaques financières

Face à des Français ayant beaucoup épargné et inquiets, les arnaques financières se multiplient. L'AMF et l'ACPR renouvellent...
 

Ces articles traitent du même sujet :

 

Le PIB de la France chute de 6 % au premier trimestre 2020

La Banque de France a annoncé que l’économie française avait perdu près d’un tiers de son activité et que le PIB avait chuté ...

Les régulateurs alertent sur les arnaques financières

Face à des Français ayant beaucoup épargné et inquiets, les arnaques financières se multiplient. L'AMF et l'ACPR renouvellent...